Association Française pour le Production Fourragère

Les articles

English version

Interactions cultures - élevage et autonomie alimentaire d’un troupeau laitier en agriculture biologique

Paru en 2018 dans Fourrages n°235 (page 169 à 173)

Auteurs : Fiorelli J.L.

Co-auteurs : Bazard C., Echampard L., Godfroy M., Lavé R., Trommenschlager J.-M.

Mots-clefs : luzerne, prairie, système fourrager, gestion du pâturage, pâturage, production laitière, culture fourragère, ration de base, autonomie, agriculture biologique, innovation, système de polyculture-élevage, variabilité interannuelle

Résumé :

Le système laitier mis en place par l’unité ASTER de Mirecourt présente une autonomie totale de l’élevage, assurée par des rotations culturales de 6 et 8 ans qui complètent l’utilisation des prairies permanentes. Les vêlages sont groupés en fin d’été et l’alimentation du troupeau est basée prioritairement sur le pâturage. Analyse de 10 années de suivi… La période analysée commence aux premiers vêlages, en août, et se termine à la rentrée en stabulation. Les stocks sont alors déjà constitués ; la principale incertitude porte sur la disponibilité des différentes ressources pâturables : les repousses des prairies pâturées au printemps (permanentes ou temporaires en « pleine production ») ou fauchées (permanentes ou semées, notamment celles à base de luzerne), les prairies en phase d’implantation (sous couvert d’une céréale tout juste récoltée) et les couverts intermédiaires semés juste après la récolte des céréales. En 10 ans, la superficie pâturable a varié du simple au double. Malgré une stratégie d’alimentation visant à maximiser la part d’herbe pâturée, la variabilité interannuelle du régime des vaches est forte. Le pâturage des prairies a assuré 60% de l’alimentation au cours de la période 6 années sur 10. Les prairies semées à base de luzerne sont réservées aux récoltes de foin, sauf en cas de sécheresse estivale sévère au cours desquelles elles sont pâturées, les couverts intermédiaires et les fourrages conservés complétant la ration. La production laitière a ainsi pu être maintenue. L’alimentation du troupeau en maximisant la part pâturée demande au pilotage une adaptation permanente au fil de la saison.

Identifiez-vous pour télécharger l'article


< retour



 
175028 visites

Espace Adhérents et abonnés

Email :

Identifiant :



J'ai oublié mes identifiants

Je n'ai pas d'identifiant



Dernière mise à jour le
07/01/2019