Association Française pour le Production Fourragère

Les articles

English version

Le séchage des fourrages en grange en Bretagne, en 1963

Paru en 1964 dans Fourrages n°17 (page 40 à 66)

Auteurs : Moule C.

Co-auteurs :

Mots-clefs :

Résumé :

L'Association Bretonne de Production Fourragère (section bretonne de l'A.F.P.F.) a organisé en 1963, en liaison avec les D.S.A., les organisations professionnelles des quatre départements bretons ainsi qu'avec l'E.D.F., une enquête sur la ventilation en grange en Bretagne.
Il s'agissait d'étudier comparativement, dans une même exploitation, les résultats fournis par fanage traditionnel et par ventilation en grange. Huit installations ont participé à l'enquête.
La composition moyenne des foins ventilés ne diffère que très peu des foins traditionnels (1,6 à 6,5 % en moyenne).
Les pertes de qualité ont été, dans les deux cas, assez importantes. Les pertes de masse sont également très grandes. Néanmoins, dans le cas du foin ventilé, les pertes en matière sèche sont de 20 % moins élevées que dans le cas du foin traditionnel.
Parmi les facteurs de pertes de qualité des foins en 1963, citons la durée de la phase sur champ qui a été anormalement longue, la pluviométrie importante, la durée de la ventilation très supérieure à la normale (10 à 12 jours).

Une étude du coût de la ventilation en grange permet de situer le prix de revient de l'installation aux environs de 70 à 80 F par tonne.
La consommation d'énergie évaluée en kWh ou en francs par tonne de fourrage séché s'avère très variable d'une installation à l'autre (20 à 114 kWh et 2 à 9 F). Au total, la tonne séchée a coûté de 15 à 32 F.
A l'issue de cette étude faite lors d'une année climatique extrêmement défavorable au fanage, la ventilation en grange semble cependant susceptible d'améliorer très sensiblement la qualité trop souvent médiocre des foins bretons.
L'exploitant devra toutefois modifier son calendrier de récolte pour éviter de récolter, comme il l'a fait en général cette année, à une époque trop tardive (ce qui explique la qualité très médiocre des foins dès la coupe) et doter son installation d'un système de sécurité (réserve de puissance, réchauffage) pour faire face aussi économiquement que possible aux conditions climatiques extrêmes. 

Télécharger l'article


< retour



 
168665 visites

Espace Adhérents et abonnés

Email :

Identifiant :



J'ai oublié mes identifiants

Je n'ai pas d'identifiant



Dernière mise à jour le
17/09/2018